Dégustation du 22 décembre 1999

Verticale du Château d'Yquem

Quelques commentaires de contexte :
- Une verticale d'un sauternes de légende examiné sur la décennie des années 80.
- Vins non dégustés à l'aveugle (ordre de service en descendant dans le temps).
- Nombre de dégustateurs : une quinzaine.
- Afin d'éviter toute déception potentielle d'ordre aromatique ou même structurelle, tous les vins sont carafés plusieurs heures avant le début de la dégustation.

1- Château D'Yquem 1990 :
Note : 17,5 vers 18 - Prix : 1400 F
Robe brillante, moyennement intense.
Nez intense, jaillissant, très pur, racé et articulé. Il est encore simple, marqué par le bois (rappelons que les vins passent plus de 40 mois en fût) et fermé. Des notes de barrique grillée, de chêne beurré, et épicé, de lait de poule, de noix de coco, d'ananas de miel, de fruit blet, de réglisse. Très jeune, il ne développe pas pour l'instant de complexité supplémentaire à l'aération.
Bouche ample et équilibrée, présentant une bonne longueur (12 secondes) et une grande persistance. Le vin n'est pas explosif mais il offre une trame longiligne, sans aucun relâchement. Cette relative tension reste harmonieuse et élégante. L'expression aromatique (pomme, poire, safran suivies en finale par des notes d'épices, de miel, d'abricot sec et de mandarine) n'a évidemment pas encore acquis toute sa complexité. Très onctueux dès l'attaque, racé, tendu, il finit frais et presque austère sur des notes d'amande amère. Le vin exprime une parfaite harmonie, sans impression de grande puissance ni de massivité. Il présente cette rémanence aromatique caractéristique de cire, d'épices et de rôti que l'on retrouvera tout au long de la dégustation. Il faut attendre patiemment ce vin qui se caractérise par une grande finesse.

2- Château D'Yquem 1989 :
Note : 17 vers 17,5 - Prix : 1300 F
Robe brillante, qui semble beaucoup plus évoluée que celle du 90.
Nez intense et boisé sur le pain d'épices, l'ananas, la mangue, l'abricot. L'aération dégage des notes complémentaires de noix de coco, de vanille, de tabac blond, une fraîcheur légèrement mentholée. Au nez, le vin semble plus évolué et plus "pointu" que le 90. Le boisé y est moins marqué. D'autres senteurs percutantes et complexes de miel, de mandarine confite, d'abricot sec, avec des notes truffées et médicinales, ainsi qu'une acidité volatile perceptible.
Après une attaque franche, fougueuse et ample, la bouche est vive, tendue, très longue et plus grasse que celle du 89. Les saveurs sont complexes, puissantes, nettement botrytisées, peut-être moins fraîches et pures que celles du 90 : cire, marmelade d'orange, champignon, menthol, herbes sèches, abricot, anis, pétale de rose (notes orientales). Comme le laissait prévoir la robe, elle parait beaucoup plus évoluée que celle du 90 (champignon, herbe sèche - un peu à la manière des vins de Constance, note un dégustateur) et assez difficile à déguster. Elle est également moins équilibrée (chaleur alcooleuse en finale), moins racée et moins prometteuse. La longueur ne fait pas l'unanimité. Certains comptent 14 secondes, d'autres trouvent le vin un peu court (8 à 10 secondes). Rajoutons que le verre vide est moins intéressant.

3- Château D'Yquem 88 :
Note 18,5 vers 19 - Prix : 1400 F
La robe est brillante, très légèrement évoluée, couleur dorure d'encadrement. On devine une texture presque huileuse très brillante.
Premier nez boisé et intense, concentré, ramassé sur lui-même : fruits confits, bergamote, crème brûlée à la vanille, caramel au beurre, ananas, citron, épices, noix de coco, anis (ces dernières conférant de la fraîcheur). L'aération apporte des notes intenses de miel et de mandarine confite, mais le bouquet n'explose pas, le vin refuse de livrer plus qu'un aperçu de son extraordinaire potentiel aromatique. Le verre vide évolue vers un très riche praliné.
Si la bouche n'a (encore) rien d'explosif, elle s'avère massive, grasse mais équilibrée et pourvue d'une belle longueur (14 secondes). Le vin est certes encore un rien monolithique mais des vagues aromatiques successives (notes du nez, citron, cannelle, caramel, fruits secs et corbeille de fruits frais) lui confèrent une élégance puissante rare. La bouche est parfaite dans ses proportions mais réservée dans son expression, somptueux toucher de la matière, équilibre irréprochable, longueur colossale, flaveurs profondes de praliné et d'orange confite. Le vin finit droit et propre. Un vin de grand avenir, assurément, qui pourrait rattraper le 83.

4- Château D'Yquem 86 :
Note : 16 vers 16,5 - Prix : 1400 F
Robe brillante, vieil or, moins huileuse que celle du 88. Un peu d'évolution ambrée.
Nez déjà évolué. Arômes pénétrants, très botrytis, avec un début de rancio (sucre d'orge, champignons, notes iodées, cire, champignon) qui complètent les notes plus attendues d'abricot sec, de banane séchée, de pamplemousse, de confiserie, d'anis. Quelques notes étranges d'iode (un côté whisky islay). Le bouquet semble d'abord manquer de puissance et de diversité, puis s'ouvre lentement sur des senteurs plus amples et plus fruitées (agrumes).
La bouche présente un relatif manque de chair et de gras, dont le corollaire semble être une acidité plus marquée. Le vin, d'une bonne longueur semble moins complet, moins élégant, moins pur, plus effilé. Comme dans le cas du 89 c'est l'acidité qui constitue le fil conducteur de ce vin parfumé (orange amère confite, encaustique) et longiligne. Très grande longueur mais ampleur contenue, la complexité aromatique et la vivacité dominent le moelleux de la matière. Puissante rétro-olfaction iodée, épicée, médicamenteuse. On peut commencer à le boire.

5- Château D'Yquem 1985 :
Note : 16 vers 16,5 - Prix : 1300 F
Robe vieil or franc, très brillante, moins évoluée que celle du 86.
Le nez, intense, ouvert, très fruité (pêche jaune, ananas) est moins marqué par le botrytis (85 est une année chaude) évoque le chêne vanillé, l'ananas, la pêche, le menthol, les épices et le beurre, des notes passerillées de fruits confits (l'abricot venant en tête). Il est plus facile à appréhender que le 86, et ne présente pas ces notes aromatiques violentes d'iode et de champignon induites par le botrytis.
La bouche confirme ce diagnostic de défaillance en botrytis (il reste malgré tout exceptionnel pour le millésime). Elle est fruitée (mélange de fruits frais), très miellée, avenante, riche et parfumée, crémeuse. L'équilibre est satisfaisant, même si le vin ne se montre pas des plus vifs ; la gamme aromatique manque de complexité et d'éclat par rapport aux autres vins davantage botrytisés. La finale semble d'abord un peu abrupte. Cependant, en évoluant dans le verre cet Yquem un peu simple au premier abord développe allonge et complexité aromatique.

6- Château D'Yquem 1983 :
Note : 19 vers 19,5 - Prix : 1800 F
Robe lumineuse, cristalline, de vieilles dorures lustrées, avec pour la première fois dans cette verticale des notes orangées, cuivrées.
Premier nez confit, perçant, d'une pureté et d'une intensité extrêmes. Suprême richesse à l'aération, qui ne serait rien sans la race, la retenue, tellement complexe et intégrée qu'il faut renoncer à individualiser les arômes, on pourrait parler d'un tourbillon d'épices, de fruits, de crème fraîche, de jaune d'¤uf, de fruits secs (raisin, abricot), d'écorce d'orange, de crème brulée savoureuse.
L'attaque vive précède une bouche ample, qui allie merveilleusement puissance et finesse. Ce vin complet et complexe (une dominante d'écorce d'orange, notes d'armagnac) est un modèle d'équilibre, long et incroyablement gourmand. Il offre une bouche sublime, extrêmement concentrée, mais tenue, corsetée avec une indicible élégance. parfaitement intégrée, d'une tenue exemplaire. La langue est véritablement électrifiée par ce nectar. L'aplomb particulier de ce vin semble conféré par l'équilibre du sucre et de l'acidité, qui paraissent encore plus intimement liés que dans les autres millésimes. Un vin parfait, et donc difficile à décrire, l'émoi qu'il suscite chez le dégustateur occultant la raison d'être d'une vulgaire description organoleptique. C'est un vin transcendant !

7- Château D'Yquem 82 :
Note 17 vers 17,5 - Prix : 1500 F
Robe vieil or, lumineuse et riche, encore sans nuances orangées.
Nez proche de celui du 85 (plus passerillé que botrytisé pour un diagnostic climatique analogue). Il est ouvert, très fin et pénétrant, offrant un bouquet complexe qui semble déjà assez évolué. Des notes de chêne épicé, d'orange, d'eucalyptus, de sucre d'orge, de miel d'oranger, de truffe. On note une forte volatile (des notes quasiment vinaigrées qui évolueront vraisemblablement dans quelques années vers de la cire).
La bouche, avec ses notes de beurre, d'épices, d'ananas frais ressemble à celle du 85, en plus concentrée. Démentant la perception sensible au nez, la volatile n'y constitue pas une gêne. La matière moelleuse s'offre dès l'attaque avec une certaine langueur. De proportions très harmonieuses, le vin tapisse le palais de sa chair crémeuse. On est surpris de la fraîcheur et de la netteté de la finale, ainsi que des arômes jeunes de la rétro-olfaction : beurre frais, vanille, chêne épicé. Ce millésime opulent, à maturité, qui dégage une impression de plénitude, procure beaucoup de plaisir.

8- Château D'Yquem 81 :
Note 16 vers 15,5 - Prix : 1300 F
Robe dorée intense qui semble encore jeune.
Le nez un peu timide présente des arômes classiques de miel, de marmelade d'orange, d'abricot, et de rancio (en particulier : champignon), mais qui sont dominés par une curieuse note lactique et ovine, qui évoque la croûte d'un fromage de brebis pyrénéen.
Cette note lactique persiste en bouche et trouble la dégustation d'un vin par ailleurs vif, miellé, persistant. Bonne longueur, mais la finale parait légèrement agressive. A boire.

Conclusion :
- Les vins de château d'Yquem nous ont offert une dégustation captivante, de très haut niveau, plus complexe et difficile que l'expérience d'hédonisme pur que l'on pouvait naïvement imaginer.
- Le caractère changeant, la relative jeunesse des vins (on sent que certains millésimes se livrent difficilement malgré le carafage préalable auquel ils ont été soumis), incitent à la plus grande prudence dans la dégustation. Tout au plus peut on constater que ces vins sont de haute expression, parfois compliqués, parfois manifestement sublimes. Nous devons nous contenter des impressions qu'ils ont bien voulu nous fournir, sans chercher à en tirer des conclusions définitives.
- Chaque vin présente une personnalité différente, reflet du millésime, même si on peut opposer les vins plus faciles des années mûres mais peu botrytisées, 82 ou 85 par exemple, à des vins plus complexes, plus "torturés", plus difficiles à "jauger" et à aimer actuellement comme le 86 ou le 89. On apprécie particulièrement la variété dans la qualité.
- Si ces millésimes d'Yquem présentent tous des qualités de complexité aromatique, de longueur, de charme et de race hors du commun, ils ne donnent jamais l'impression d'une massivité colossale, telle qu'on peut la rencontrer par exemple dans quelques cuvées de chenin botrytisé de la Loire, ou dans certains liquoreux autrichiens. Il faut également noter que pour les vins relativement jeunes que nous avons dégustés, seuls certains millésimes, on pense au 88 et surtout au 83, donnent l'impression qu'Yquem (dont les vins font l'objet d'un soin inégalé) confirme son prestige en évoluant dans une catégorie intrinsèquement supérieure aux (autres) meilleurs sauternes .
- Les robes sont éclatantes, solaires.
- Entre des vins encore jeunes et des vins en apogée, on dégage la hiérarchie suivante :
- 1983 : 19/19,5
- 1988 : 18,5/19
- 1990 : 17,5/18
- 1982, 89 : 17/17,5
- 1986, 85 : 16/16,5
- 1981 : 16/15,5

Contacts :
Didier Sanchez
Le Bois Grand
31810 Clermont Le Fort
Téléphone : 05 61 76 77 16
Fax : 05 61 76 95 55
Mél : invinoveritas@online.fr (Didier Sanchez)
laurent.gibet@cnes.fr (Laurent Gibet)

Haut de page

steph.poulart@free.fr
Nous attendons de vos nouvelles!
Réalisation Stéphane Poulart . Mise à jour 05.02.2001